LE VILLAGE DE NIANING

Le village de Nianing se trouve à 10 km de Mbour sur la route Mbour-Joal. Il est distant de 93 km de Dakar et de 21 km de Joal. Le village est situé au cœur de la Communauté rurale de Malicounda dans la Région de Thiès. Il compte plus de 10 000 habitants composés en majeure partie de Seereer, Wolof, Peul et Bambara. Les activités économiques tournent autour de la pêche, la transformation de produits halieutiques, l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, le petit commerce, l’exploitation du coquillage et le tourisme. La majorité de la population pratique les métiers d’agriculteur, éleveur et pêcheur.

Histoire Le nom « Nianing » (Ñaaning) viendrait du plat préféré des Seereer, le « Ñaleng », sorte de semoule de mil, mélangée à la poudre d’arachide, aux condiments. La légende dit qu’un colonisateur, visitant le village en 1902, trouva une femme faisant la cuisine. Il interrogea cette dernière sur le nom du village. La femme prononça « Ñaleng », pensant que la question était orientée vers le met en préparation. L’européen nota « Nianing » et ce mot, mal écrit et mal prononcé, resta comme nom du village.

Ce village était un petit hameau de la province du Sine. Il n’y avait rien que des forêts peuplées d’hyènes, de chacals, etc. Les populations s’adonnaient à l’agriculture du mil et de l’arachide. La chasse était aussi pratiquée. Les pêcheurs sont venus beaucoup plus tard en provenance de Kayar, Yeen, Bargny. Ils y résidaient quelques jours durant leur campagne de pêche.
Apres le départ des Portugais, les Français sont venus s’installer dans le village avec des compagnies de commerce comme Maurel et Prom, Nosoco, SCOA. La maison du Commandant de Cercle y était édifiée, à la place Résidence, actuelle Centre d’adaptation sociale.


Site de traitement halieutique

Les premiers habitants de Nianing se sont signalés vers 1750, avec l’aménagement d’un port d’embarquement. De 1772 à 1885, des produits divers y transitaient : arachide, mil, coton, karité venant du Soudan (Mali). Ce port enregistrait la plus grande activité économique de la Petite Côte, du Sine au Djeggëm, de Mbadanie au Sine Saloum, tous les grands exploitants d’arachide venaient y peser et vendre leurs produits aux colons.


Le port de p
èche

En 1924, il y eut l’épidémie de la « maladie du sommeil » qui fit beaucoup de morts. Le village fut vidé. « Danu gaafaloon dëkk bi » le village était réputé « tabou » (maléfique). Les résidants s’en allèrent se réfugier dans d’autres sites comme Mbour, Banjul (Gambie). Mbour était constitué, à cette époque, de quelques campements pour les colons atour desquels gravitaient quelques villages qui se développeront et se transformeront par la suite en quartier : Mbour-Seereer, Thiocé, etc.
En quelques mois, tous les habitants de Nianing partirent laissant derrière eux récoltes, greniers, bétails, maisons. Le chiffre de 700 victimes fut avancé. Les dockers du port quittèrent eux aussi leur travail. Le chef de village d’alors Koor Djokel Faye fut accusé d’avoir versé une potion dans le seul puits du village, creusé par les colons, pour semer la maladie. Koor Djokel avait la réputation d’être un grand mystique, ayant des connaissances ésotériques et détenant un pouvoir surnaturel sur les choses et les êtres.
L’origine d’une grève de dockers a été attribuée à Koor Djokel Faye. Ce dernier les recevait souvent sous son toit et plaidait fréquemment leur cause. Il prenait de même parti pour les cultivateurs en réclamant le relèvement du prix d’achat de l’arachide aux producteurs. Selon certaines sources, le pouvoir colonial profita de l’épidémie de la maladie du sommeil, pour mettre fin aux agissements de Koor Djokel, nuisibles à leurs intérêts.
Les autorités coloniales voulurent mettre aux arrêts le chef de village, l’accusant d’avoir répandu la maladie. Ce dernier s’enfuit vers le village de Fimela puis après cinq long mois, alla se réfugier en Gambie, territoire contrôlé par les Anglais. Les rescapés de Nianing participeront par la suite à la fondation des villages de Saly, Joal, Mbour, Pointe Sarène..

Le Chef Koor Djokel Faye revint en 1948, après avoir négocié avec le commandant de l’époque, Monsieur Laman qui résidait à Mbour. Il fut accompagné par le chef de canton Socé Fall pour aller voir le commandant à Mbour. Koor Djokel promit d’assurer la paix dans le village tant qu’il sera en vie. Il s’installa de nouveau avec sa femme Yaye Ndoumbé Fall, creusa un deuxième puits à environ 500 mètres du premier.
En 1954, le village commença à se développer et les populations commencèrent à revenir s’y installer. Un nommé Malick Sarr, venant du village de Suusaan, vint s’établir à Nianing avec sa famille. Les quelques ouvriers du chantier naval venaient dans la maison du chef de village pour s’y restaurer. Le village abandonné était redevenu, dans l’espace de 7 à 8 ans, une véritable jungle parce que non habité et non exploité. Une partie de la forêt fut déboisée pour accueillir les familles revenues repeupler le village.
A la mort de Koor Djokel, le 13 Février 1955, le nommé Malick Sène dit Siseer, père de l’actuel chef de village (Ibrahima Sène) prit la relève et assura avec succès la fonction de chef.



La plage de Nianing

Dans le village, il y avait un grand chantier naval appartenant au nommé Langlois, un ancien marin européen, qui s’était fait octroyer une partie de la forêt pour y tailler des pirogues. Ce chantier a été installé bien avant l’épidémie de la maladie du sommeil. A la disparition de Langlois par accident de la route, les ouvriers du chantier naval reçurent leurs « droits » et le chantier fut arrêté. La famille Langlois détenait un titre foncier.
En 1960, quand le Président de la République de Guinée, Ahmed Cheikhou Touré expulsa les prêtres européens, ces derniers atterrirent tous à Dakar. Le Président du Sénégal de l’époque, Léopold Sédar Senghor voulait les installer à Nianing considérant le taux élevé de chrétiens dans la population locale. Senghor avait demandé qu’on leur prête ou leur vende un terrain à Nianing pour qu’ils s’installent, étant donné qu’ils sont des enseignants, des intellectuels et qu’ils pourraient apporter beaucoup de choses au village. Les terres du chantier navale leurs furent prêtées puis vendues quelques années plus tard.
Les prêtres voulurent d’autres terres à Dakar, ils échangèrent la partie de terre à Nianing jouxtant la plage contre un terrain à Dakar. Cette partie fut utilisée par les missionnaires catholiques comme centre pour former des « frères » (JUVENAT) .

LIEUX A VISITER A NIANING :

- LE PORT DE PECHE
- LA TRANSFORMATION DES PRODUITS HALIEUTIQUES
- LA FERME DES FRERES DU SACRE CŒUR
- LE DISPENSAIRE
- LE RAMASSAGE DES COQUILLAGES
- BALLADES EN BORD DE MER
- BALLADES EN BROUSSE
- SAMBA MAGASIN D’ART

 


LE SENEGAL


un peuple, un but, une foi

Le Sénégal est un pays d'Afrique de l'Ouest appartenant à l'Afrique sub-saharienne. Il est bordé par l'océan Atlantique à l'ouest, la Mauritanie au nord et l'est, le Mali à l'est et la Guinée et la Guinée-Bissau au sud. La Gambie forme une quasi-enclave dans le Sénégal, pénétrant à plus de 300 km à l'intérieur des terres. Les îles du Cap-Vert sont situées à 560 km de la côte sénégalaise.

L'origine du nom Sénégal reste controversée. Dès 1850 l'abbé David Boilat, dans ses Esquisses sénégalaises, y voyait une déformation de l'expression wolof suñu gaal, c'est-à-dire « notre pirogue ». Très populaire, c'est la version la plus souvent relayée par les médias. Elle est pourtant contestée depuis les années 1960 et plusieurs autres étymologies ont été avancées, par exemple celle qui rattache le toponyme à une tribu berbère du Sahara, les Zenaga. Mais le débat n'est pas clos aujourd'hui.

Le climat est tropical et sec avec deux saisons : la saison des pluies de juin à octobre avec un pic en août et septembre (variable selon la latitude, moins de précipitations dans le nord qu'au sud). C'est la période des moussons. La saison sèche, de novembre à juin, avec des alizés continentaux.Les températures suivent les saisons : en été, période de pluie, les températures sont à leur maximum (jusqu'à 40°) et sont au minimum au mois en hivers (de 16 à 30°). Attention, la saison des pluies est aussi appelée "hivernage" alors même qu'elle a lieu pendant les mois d'été.

Pendant la période coloniale, plusieurs comptoirs appartenant à différents empires coloniaux s'établissent le long de la côte. La ville de Saint-Louis devient capitale de l'Afrique occidentale française puis ce sera la ville de Dakar en 1902 laquelle deviendra ensuite la capitale de la république sénégalaise au moment de l'indépendance en 1960. Depuis 2012, le président de la république est Macky Sall, succédant à Abdoulaye Wade en place depuis 12 ans. Intégré aux principales instances de la communauté internationale, le Sénégal fait également partie de l'Union africaine et de la Communauté des États sahélo-sahariens.

La population le pays compte 12 521 851 habitants (estimations 2007). On observe une grande diversité ethnique : Wolofs (43,3 %), Peuls (23,8 %), Sérères (14,7 %), Diolas (3,7 %), Malinkés (3,0 %), Soninkés (1,1 %) Manjaques (2%) et quelques autres ethnies moins nombreuses et plus localisées, sans compter les Européens et les Libanais, assez présents en milieu urbain.


La cité sainte de Touba

Les religions la population sénégalaise est très majoritairement musulmane (88 à 94 % selon les sources), mais les chrétiens (surtout les catholiques) sont également présents (4 à 12%), et l'animisme est pratiqué principalement dans le sud-est du pays et cohabite souvent avec les autres religions. Le Sénégal est réputé pour sa tolérance religieuse. Il n'est pas rare de trouver des membres d'une même famille ayant des religions différentes. Les mariages interreligieux sont nombreux et les fêtes musulmanes et chrétiennes sont fêtées et respectées par les différentes confréries et communautés.

Fêtes nationale le 4 avril - Fête de l'indépendance (Fête anniversaire de la décolonisation de la France en 1960)

Communication Indicatifs téléphoniques : + 221 - Toutes les principales villes du pays sont pourvues de cyber-café et de télécentre, mais vous en trouverez également dans tous les petits villages, avec une connexion plus ou moins rapide, vous permettant néamoins de communiquer avec vos proches.

Fuseau horaire 0 GMT (une heure de moins que la France en Ete, deux heures de moins en Hiver (changement d'heure européen oblige)).

Monnaie le Franc CFA ( 1 € = 650 F )

source : wikipedia
 
BALADES - EXCURSIONS - VISITES
 

Le Lac Rose, l'Ile de Gorée, Les iles du Saloum, Joal-Fadiouth, la réserve de Bandia... découvrez le Sénégal autrement, avec AFRIKA TOUKI Voyages, notre agence de voyage à la philosophie responsable et solidaire. Pour accéder à toutes les excursions, cliquez ici



 
 
LE BEN'TENIER
- HOTEL - RESTAURANT - PISCINE -
Village de Nianing - SENEGAL
Tél + 221 33 957 14 20 - Fax : + 221 33 957 29 74 - Contact SKYPE : nadinediop


BALLADES & EXCURSIONS